compte rendu du match CTC/CURGY par MAX
 
article curgy max.docx.pdf
 

COMPTE RENDU DU MATCH CTC/CHALON par Max (un régal...)


 

Deuxième tour de la March Madness. Après un début en fanfare face à la solide équipe Nuitone, il fallait désormais faire face à la surprise en chef du championnat, le promu Châlon sur Saone B qui comptait bien faire un rapproché et effacer un goal average particulier plutôt minime (+6 pour la CTC). Entre les deux meilleures défenses du championnat, la rencontre s’annonçait rude et âpre dans le chaudron d’Héry, prêt à recevoir les adversaires du soir.

A l’aller, un retard à l’allumage avait failli coûter la victoire à la CTC, et les joueurs ne comptaient pas reproduire la contre-performance toute relative. De fait, ils prenaient les commandes du match les premiers après deux actions ratées de chaque côté pour ne plus les lâcher. Une défense, quelle défense ? 25 points dans la musette châlonnaise, 16 dans la truffe hérico-stadiste. Loin de la première manche. Blouet (6 points) et Genète (9 points) mettaient déjà à mal leurs rivaux.

Le second quart-temps sera à sens quasi unique. Une démonstration offensive et défensive qui aura le don d’échauder les châlonnais, pour une période bouclée sur le score de 45 à 26. La messe est dite ? Rien du tout, et les exploits récents des Saône-et-Loiriens le montraient déjà. Remontés comme des pendules et aussi précis que des coucous suisses, ils empochaient la seconde manche après un réveil brutal pour les Icaunais, qui encaissaient un terrible 11-0 qui ramenait leurs adversaires de -24 à -23. 60 à 47 au buzzer du troisième, tout était à faire, ou à refaire.

Et c’est à ce moment que Lespagnol, peu en vue jusqu’ici (6 points tout de même) décide de se réveiller. Il va inscrire les 12 derniers points de son équipe dont trois tirs à trois points pour entretenir un fol espoir qui les ramènera à trois minuscules points (70-67). Pêché de jeunesse ou trop d’énergie lâchée dans ce run mémorable ? Toujours est il qu’ils cafouilleront quelques actions, et la salle d’Héry pouvait exulter, soulagée de voir ses protégés enlever la mise.

Comme attendu, les châlonnais n’ont rien lâché, très durs en défense mais toujours corrects. Félicitations à eux, aurait-on vu une équipe destinée à jouer le haut de tableau l’année prochaine ? Voire plus haut ?


Numerisation_20180312.pdf
article YR NUITS ST GEORGES 3 MARS 2018.pdf

CTC/CSL DIJON vu par Max

Après deux démonstrations parfaitement orchestrées face à Autun et Fontaines, les jaunes et verts retrouvaient leur salle d’Auxerre, où ils ont concédé leurs deux défaites de la saison. Face à un CSL Dijon venu affaibli (leurs deux intérieurs étaient absents), il fallait taper de nouveau du poing sur la table.

Sauf que de coup, il y en eut… Pour le Cercle. Adroits, profitant d’une défense hérico-auxerroise probablement oubliée aux vestiaires ou à Fontaines. Prenant la foudre à trois points, les locaux rendaient les armes pour le premier quart-temps, 25-28. Loin, bien loin des promesses de leurs deux derniers rendez-vous… Heureusement, l’attaque était efficace, et les joueurs venus du banc apportaient leur écot si important dans le jeu de la CTC.

Le second quart temps était bien meilleur, l’alternance zone press-individuelle et zone rendait inoffensifs les visiteurs, cloués à 7 petits pions au moment des citrons. En face, les hérico-stadistes jouaient leur partition, bouclant la mi-temps avec 46 points au compteur, contre 35 à leurs adversaires. La machine semblait lancée, alors que le Cercle tirait légèrement la langue en cette fin de période.

Sauf que les Côte-d’Oriens ne l’entendaient clairement pas de cette oreille. Retrouvant leur force de frappe offensive, et leur adresse, ils ne se privaient pas de revenir jusqu’à deux petits points de leurs adversaires (66-64), alors en délicatesse avec leur jeu, pestant sur l’arbitre, la température de la salle, la taille des citrons et la matière du banc… Il fallait une nouvelle soufflante de Claude pour remobiliser enfin la CTC qui finissait par se remettre la tête à peu près à l’endroit, notamment sous l’impulsion d’un Genete très en jambes qui alignait les lancers francs.

Erratique, inconstante, parfois même incohérente, cette CTC a néanmoins toutes les armes pour se frayer un chemin vers le Graal qu’elle convoite depuis trois ans désormais. Grâce aux défaites de Chenôve et de Nuits, le chemin semble plus que dégagé pour elle, mais il lui reste 10 matchs à prendre. Le prochain sera dans l’antre des Nuitons, où ils ont passé quelques belles roustes, avant de recevoir à trois reprises les Vauzelliens sans pression, les jeunes Chalonnais de l’Elan désormais seconds, et les Curgéens qui voudront se venger de l’affront du match aller.


CTC/AUTUN SAMEDI 27 JANVIER 2018
 
A l’heure d’entamer la phase retour du championnat, la CTC était en danger, ne comptant qu’une victoire d’avance sur Chenôve et cette défaite au match aller face aux violets. Au moment de recevoir Autun, éternel empêcheur de tourner en rond et battu de 5 petits points seulement à l’aller, les Hérico-Stadistes avaient un nouveau défi à relever.
Et ce défi était symbolisé par Michel Diouf, 2m08 sous l’ardoise, non qualifié au match aller. D’entrée, il se signalait par deux cakes contre la planche face aux jaunes et vert qui se retrouvaient déjà en difficulté face à la défense de zone très regroupée du géant vert, et menés 4-0. L’avantage le plus conséquent du match en faveur du CSBGAM qui encaissait un 9-0 ensuite, sous l’impulsion d’un 5 majeur remanié, sans Genete ni Pawlak, tous deux de retour de blessure. A la fin de la période, un premier trou était déjà fait avec une défense homme à homme efficace et une attaque plutôt en réussite (20-10) symbolisée par ces 4 paniers primés.
La seconde période reprend sur les chapeaux de roue, aucune équipe ne lâchant du lest, montant encore d’un cran leur intensité offensive. Diouf (15 points à la pause, 21 au total) porte son équipe à bout de bras alors que la CTC compte sur tous ses joueurs pour faire la différence. Hélas, quelques actions mal négociées et les Icaunais encaissent 5 points sur contre-attaque juste avant la mi-temps. Deux petits points seulement séparent les deux formations (31-29). Le public était chaud bouillant et poussait les joueurs de la CTC à se surpasser.
L’entame de la seconde mi-temps allait se révéler cruciale et déterminante. A un panier de Diouf, la CTC allait répondre par 7 points dont un trois points longue distance de Blouet qui enfonçait les visiteurs. Ouf de soulagement pour le banc icaunais et les jaune et verts mettaient en place un rouleau compresseur : 25 points inscrits pour 13 encaissés, trois tirs primés, des Autunois adeptes du free fight plus que du basket (4 fautes antisportives et deux techniques pour deux joueurs de retour aux vestiaires avant les autres) et un cercueil cloué. Etouffant dans l’œuf les velléités de révolte de leurs invités par une zone 1-3-1 innovante et surprenante, les Icaunais ne seront plus revus.
Le quatrième quart-temps sera une nouvelle démonstration de force et d’agressivité. Multipliant passes et pénétrations, les partenaires du capitaine Cognard alignaient pas moins de 31 points pour n’en encaisser que 12 et ajouter une ampleur franchement inattendue au score final. Chacun y allait de son action personnelle mais la palme de la soirée est à remettre à Zandronis qui, sans pression, claquait un trois points au buzzer du match.
Chapeau les artistes.
Genête 6, Cognard 1, Blouet 9, Pesant 8, Zandronis 9, Haultcoeur 7, Pawlak 14, Darricau 6, Luzitisa 14, Rolant 4
 

CTC/JDA article de Max

Après le revers dans sa salle face à Chenôve, une réaction de la CTC était plus qu’attendue. Face à eux, victime annoncée du réveil Icaunais, la JDA Dijon, dernière de la poule avec une seule petite victoire en 8 matchs.

Deux équipes à la dynamique totalement inversée. D’un côté, des anciens du championnat, habitués des joutes au niveau supérieur (Cognard, Zandronis, Blouet…), de l’autre, des jeunes, ex Cadets France, découvrant le championnat.

Mais de match, il n’y eu pas vraiment. Les consignes auxerroises étaient claires : prendre à la gorge de la première à la dernière minute, retrouver l’envie de jouer ensemble et ne laisser aucun espoir à l’adversaire. Et de chance, ils n’en laissèrent aucune. Dès l’entame, Genète servait Zandronis à l’intérieur pour l’ouverture de la marque et la JDA ne reviendra jamais à hauteur. Le premier quart fut à la hauteur du match : à sens unique. Comptant jusqu’à 17 points d’avance (5-22) au cours de la période, les Icaunais l’enlèveront 11-26, s’appuyant sur l’axe 1-5 Genète-Zandronis (5 et 6 points) et sur le toujours prolifique Luzitisa (6 points).

Sans Darricau et Pesant, et grâce au travail de sape des titulaires habituels, Gillet pouvait ouvrir son banc et offrir ses premières minutes à Hankam Kamdem (4 points et une grosse activité défensive), et du temps à Corbel (6 points) et Urbaniak. Le second quart fut marqué par un réveil certes timide mais toujours ennuyeux des Dijonnais qui profitaient de l’apathie et du flottement dans les rangs ragazzi pour leur passer un 10-0 et revenir à 10 points. Nouvelle soufflante de Gillet, et les jaune et vert remontaient d’un cran leur agressivité défensive pour reprendre leurs aises à la mi-temps (31-46), emmenée par Pawlak (8 points sur le quart temps, 15 au total).

Si l’on pouvait craindre une réaction côte-d’orienne, il n’en fut rien. Frustrée et résignée, la jeune garde dijonnaise se laissera cueillir par notre CTC. 11-15 sur la période et 42-59 à la fin de la période. Le match commençait à tourner à la démonstration de force et de talent, notamment Genète qui régalait de quelques dribbles supersoniques et pénétrations faciles.

Le dernier quart temps fut à l’image des autres, une formalité expédiée au plus vite par les hommes de Gillet. Genète et Cognard continuaient de faire le show, offrant caviar sur caviar à la paire Zandronis-Rolant (31 points à eux deux), et le score pouvait être scellé sur un écart de 29 pions, 55-84.

Conscients de la faible opposition qui leur était proposée, les Icaunais se retenaient d’exulter jusqu’à ce qu’ils apprennent la courte défaite de Chenôve à domicile face à Autun, leur permettant du même coup de récupérer leur fauteuil abandonné voilà deux semaines. Prochaine échéance : Bligny, un autre mal classé, qui se rendra à Héry. Forza Ragazzi !

Corbel 6, Genète 12, Cognard 4, Blouet 4, Hankam Kamdem 4, Zandronis 14, Pawlak 15, Urbaniak, Luzitisa 8, Rolant 17.

Coachs : Gillet et Rozycki.

 
article Y R 06 11 2017.png
 
article CSL DIJON.pdf
 
MOT DE MAXIME MATCH a CSL DIJON.pdf
 
commentaire à chaud du nouveau reporter de la CTC Maxime...
 
228.jpg
 
article CHALON CTC.pdf
 
artclie ctc fontaine.jpg
art YR lundi 29-01-2018 vs Autun.pdf
 
article 2 Y R 06 11 2017.png
 
match AUTUN CTC.pdf

MATCHS ALLER CTC

23/09/2017à AUTUN
30/09/2017CTC/FONTAINE BASKET à HERY
Dimanche 08/10/2017CSL DIJON/CTC 13 H 15
14/10/2017CTC/NUIT ST GEORGES à AUXERRE
Dimanche
22/10/2017 13 H 15
ELAN CHALON
04/11/2017ASA VAUZELLES
11/11/2017CURGY BASKET
02/12/2017JDA DIJON
09/12/2017CTC/BASKET BLIGNY à HERY
16/12/2017à SAINT REMY
06/01/2017CTC/MONTCEAU à AUXERRE
13/01/2017CTC/PRISSE lieu a préciser
 
164.jpg
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com